top of page
  • Photo du rédacteurAlexandra Polaczyk

Hypersensibilité et fatigue : 8 conseils pour préserver votre énergie

Vous être hypersensible et avez le sentiment d'être bien souvent voire tout le temps fatigué(e) ? Explications et clés pour prendre soin de vous et retrouver votre vitalité...


Hypersensibilité & fatigue

L'hypersensibilité, un fonctionnement particulier


L'hypersensibilité est devenue un sujet tendance, en partie en raison de la reconnaissance croissante de son importance en tant que singularité. De nombreuses personnes se sont identifiées comme étant hypersensibles (on parle de 20 à 30% de la population) et ont commencé à partager leurs expériences, augmentant ainsi la visibilité et la compréhension de cette singularité. Les hypersensibles réfléchissent profondément et ont une vie intérieure riche, ils sont facilement submergés par les stimuli extérieurs, sont pourvus d'une forte réactivité émotionnelle et ont une certaine capacité à remarquer les nuances et détails subtils de leur environnement. Des recherches en neurosciences ont montré que les personnes hypersensibles ont une activité cérébrale plus importante dans certaines régions du cerveau, notamment celles liées à la réceptivité sensorielle, l'émotion, l'empathie (étude menée par des chercheurs de l'Université Stony Brook à New York en 2014 et publiée dans le magasine Brain and Behavior). Ces résultats suggèrent que le cerveau des personnes hypersensibles a, dans certaines zones cérébrales, un fonctionnement différent de celui des personnes qui ne le sont pas, ce qui peut expliquer des différences comportementales et un sentiment de décalage.


De l'hyperstimulation au risque de fatigue chronique


Les personnes hautement sensibles captent plus d'éléments de leur environnement que des personnes à la sensibilité plus basse. Leur réseau neuronal tourne plus vite et plus intensément dans certaines zones de leur cerveau hyper réactif, qui consomme donc plus d'énergie. Leur système nerveux peut être rapidement surstimulé par une grande quantité d'informations sensorielles et émotionnelles, traitées en profondeur (comme par exemple les bruits forts, les lumières vives, l'agitation, les sollicitations, les tensions relationnelles, le stress ou la tristesse d'un proche, d'un collègue...). Ce qui expose à une certaine saturation, avec la sensation de débordement, épuisante par définition. C'est ce qui explique la soudaineté avec laquelle une personne à la sensibilité élevée peut ressentir une surcharge émotionnelle (avec ses propres émotions ou celles qu'elle capte des autres), mais aussi sensorielle (bruits, lumières, odeurs fortes, agitation, sollicitations) et mentale. La combinaison de ces facteurs peut rendre les personnes hypersensibles plus exposées à une certaine fatigue psychique et physique. Rien à voir donc avec de la faiblesse, le fait d'être une petite nature ou même de la fainéantise, comme peuvent le penser d'elles-mêmes certaines personnes directement concernées (ou leur entourage) qui ne connaissent par leur fonctionnement et leurs besoins. A titre d'illustration, imaginez que les stimuli captés par une personne à la sensibilité moyenne en une journée le soient par un hypersensible en une demi-journée seulement. Ça fait beaucoup, n'est-ce pas ? La survenue de la fatigue paraît donc plutôt logique...Et si les besoins de pause, de repos ou de ressourcement ne sont pas conscientisés et comblés, cette fatigue s'installe durablement et devient alors chronique. Les batteries stagnent dans la zone rouge ou orange et une grasse matinée ne suffit plus à les recharger et les remettre dans le vert.


Les conséquences de la fatigue


La fatigue peut avoir un impact important sur la vie des personnes hypersensibles. Elle diminue la productivité et rend la concentration et la réalisation des tâches quotidiennes difficiles. Elle entraîne une baisse de l'humeur et une irritabilité accrue, ce qui augmente le sentiment d’être à fleur de peau, exacerbe les émotions et sens déjà particulièrement intenses et entraîne des potentielles tensions dans les relations personnelles et professionnelles. Elle impacte la mémoire et la capacité de prise de décision (de base, beaucoup de personnes hypersensibles ont besoin de temps pour faire des choix car toutes les conséquences possibles de chaque option sont envisagées et les erreurs possibles particulièrement mal vécues...). Elle aggrave les troubles du sommeil, contribue à l'anxiété, aux ruminations mentales, aux palpitations, aux petits vertiges, aux « coups de pompe » (bien évidemment, consultez votre médecin pour écarter tout souci de santé dont ces manifestations pourraient être un symptôme). Mais la fatigue liée à l'hyperstimulation et aux débordements n'est pas une fatalité : il est en effet possible pour les personnes hypersensibles d'apprendre à préserver leur énergie au quotidien.


8 conseils pour éviter la fatigue quand on est hypersensible


  1. Respecter votre seuil de tolérance à la stimulation : pour cela , il est impératif d'établir des limites pour vous protéger de l'impact des stimuli sensoriels et émotionnels. Par exemple, équipez-vous de bouchons d'oreille spécifiques qui filtrent certains bruits sans empêcher la communication ; mettez des lunettes de soleil si vous êtes incommodé(e) par la luminosité extérieure, même s'il fait gris ; avant une soirée, expliquez à vos hôtes que vous partirez peut-être plus tôt car les stimuli vous épuisent. Et si vous n'en pouvez plus au bout d'une heures ou deux, écoutez-vous, ne subissez plus pour faire plaisir ou par peur de ce que les autres vont penser. Votre hyperempathie vous épuise ? Visualisez un bouclier ou une bulle qui vous entoure et bloque la négativité ambiante ; Fermez les yeux et répétez un mantra type « Cette négativité ne m’appartient pas, je la renvoie », apprenez à ne pas être toujours disponible pour les autres en respectant vos besoins, surtout si vous ressentez déjà de la fatigue.

  2. Vous reconnecter à votre corps en écoutant vos sensations corporelles : apprenez à repérer les signaux de fatigue plus vite, vous pourrez ainsi réagir plus facilement, avant d'être totalement épuisé(e). Faut-il le rappeler : le corps ne ment pas.

  3. Ralentir le rythme : dès que cela est possible, prenez le temps de faire les choses, de respirer lentement et profondément, même quelques minutes dans la journée. Vous préserverez ainsi votre système nerveux.

  4. Créer un environnement apaisant : aménagez votre espace pour créer un cocon calme et confortable qui répond à vos besoins.

  5. Prendre soin de votre sommeil : assurez-vous de dormir suffisamment pour vous permettre de vous régénérer et de vous sentir reposé(e). Couchez-vous à heure fixe, évitez les écrans au lit…

  6. Prendre soin de votre alimentation : vous connaissez déjà le discours sur l'alimentation équilibrée, les cinq fruits et légumes etc. Assurez-vous par ailleurs d'avoir un apport suffisant en protéines (végétales aussi, que l'on soit végétarien, vegan ou pas), en magnésium, en fer, en microbiote. Ils régulent et apaisent le système nerveux.

  7. Pratiquer des activités ressourçantes : sportives, artistiques, de détente (méditation, yoga...), seul(e) ou entre amis.

  8. Demandez de l'aide si nécessaire : n'hésitez pas à vous tourner vers votre médecin traitant si votre fatigue perdure ou demander de l'aide à un professionnel de l'hypersensibilité si vous rencontrez des difficultés face à cette particularité.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page